Le Château de la Villeneuve ou la Maison Boucicaut

par Céline (admin)
le château de la Villeneuve

Il était une fois Isabelle qui eut un véritable coup de cœur pour cette demeure du XIXéme siècle entourée d’arbres centenaires : tilleuls, marronniers, chênes, …. Acquis depuis peu, ce château a autrefois appartenu à une grande bienfaitrice originaire de la région chalonnaise : Mme Boucicaut. Simple hasard ou véritable appel à poursuivre à sa manière cet héritage au combien généreux, l’histoire d’Isabelle et de sa maison n’est qu’à son commencement …

Dans le désordre et tout à la fois, la propriétaire des lieux, Isabelle Perissutti, est une femme, une maman, une amie, une entrepreneure, une hôte, à la fois cuisinière, femme de ménage, décoratrice etc …Elle semble mener des triples vies, cependant elle saura toujours rester à l’écoute de ses invités qu’ils soient enclins à bavarder, échanger ou au contraire à préférer l’intimité d’un coin du jardin. Son ambition est de faire rayonner sa maison à travers les nombreuses rencontres qui la traversent. Si les personnes repartent avec le sourire alors son objectif est atteint. Elle se définit elle-même comme

une fédératrice de bonheur !

Pourquoi suis-je venue vous parler de ce lieu ?

La découverte du château

Le château de la Villeneuve dans les années 30

Ce domaine est situé dans la même rue que la Maison des roses et son Solijardin, projet permaculturel débuté en 2018 et dont je suis l’initiatrice. Un jour, décidant de changer mon itinéraire de retour, je découvre par hasard un château flanqué de deux tours, entouré par d’arbres … semblent-ils pas tout jeunes (d’un point de vue humain). L’instant fût fugace mais une chose était sûre, j’allais creuser.

le château de la villeneuve
Le château aujourd’hui

A peine rentrée, je pianote sur mon ordinateur le Château de la Villeneuve et j’y découvre son histoire actuelle, celle d’une maison d’hôte depuis 2016. Ce château construit sous le second empire, en 1856, possède deux tourelles qui encadrent la bâtisse principale, ce qui donne un caractère particulier pour le style de cette époque . Des investigations plus poussées mériteraient d’être menées pour en comprendre tous les secrets.

le château de la villeneuve
et ses arbres centenaires

Pendant plus d’un siècle cette demeure fût un endroit de villégiature estivale. Y passer l’hiver pouvait s’avérer quelque peu réfrigérant. Toutefois, elle s’est offerte, il y a quelques années, un brin de modernité avec l’implantation d’une grande véranda sur l’arrière qui n’est pas sans nous rappeler les orangeries d’antan. A l’acquisition du château, la famille d’Isabelle Perissutti va plus loin en le transformant en maison d’habitation à l’année avec en complément, à ce jour, deux chambres d’hôtes.

Ce château n’est pas seulement une vieille bâtisse comme je les aime. Il possède un petit supplément d’âme qui nous le rend attachant. En effet, sa première propriétaire n’est qu’autre que Marguerite Boucicaut, une grande Dame de bien de la région Chalonnaise ….

Creusons donc un peu …

Mme Boucicaut

Mme Boucicaut est née Marguerite Guérin à Verjux en Saône et Loire d’une mère célibataire. Vers 11 ans, à la mort de cette dernière, elle monte à Paris chez un oncle. A force de persévérance et de pugnacité, Marguerite apprend à lire et devient, vers ses 19 ans, gérante d’une « crémerie avec plat du jour » qui attire les employés des magasins avoisinants. Parmi ces employés, elle y rencontre son futur mari Aristide Boucicaut qui part son audace et son caractère visionnaire révolutionne les lois du commerce de l’époque. Il transforme alors la petite boutique au bon marché en un grand magasin parisien, premier commerce nouveau genre. D’autres suivront comme le printemps ou les Galeries la Fayette. Il inspirera également au bonheur des Dames d’Emile Zola.

Au Bon Marché dans les années 1890

L’histoire aurait pu s’arrêter là comme un conte de fée : une petite fille pauvre devenant une des personnes les plus riches de Paris du second empire. Cependant Mme Boucicaut n’oublie pas ses origines modestes. Avec son mari, elle met en place des avancées sociales novatrices pour ses employés. Elle n’oublie pas non plus son village d’enfance qu’elle dote d’une mairie, de deux écoles et surtout d’un pont en pierres maçonnées qui facilitera grandement la communication entre les deux rives de la Saône.

Et la permaculture dans tout cela ?

Les 3 piliers

les 3 éthiques
Les 3 éthiques

La permaculture c’est cette philosophie de l’abondance qui s’appuie sur les écosystèmes vivants tout en les régénérant. Le socle de cette philosophie se compose des trois piliers suivants :
-Prendre soin de la Terre
-Prendre soin des Hommes
-Partager équitablement ou prendre ce dont nous avons besoin et redistribuer le surplus.

Même s’il est issu du jardin, ce mode de pensée est très facilement transposable dans tous les autres domaines de la vie, l’entrepreneuriat, par exemple, comme nous le démontre Isabelle Perissutti et Marguerite Boucicaut.

En effet, en réhabilitant ce château du second empire pour en faire une maison d’hôtes, l’objectif d’Isabelle est certes de gagner sa vie mais également d’être dans le partage en prenant soin de ses invités, que cela soit par une écoute particulière de leurs besoins ou à travers des prestations de spa ou des soins de massage.

Elle ouvre également ses portes ponctuellement pour des journées bien-être mêlant soin à la personne et exposition d’artistes, partenariat qu’elle souhaiterait, d’ailleurs, développer par la suite. Beaucoup d’idées fourmillent dans la tête d’Isabelle et tous ses projets ont pour dénominateur commun : le bonheur de la personne.

Quant à Marguerite Boucicaut, elle illustre parfaitement les deux derniers piliers de la permaculture : à travers les avancées sociales dans le monde de la vente avec:
-La mise en place de la journée hebdomadaire
-les congés payés
-l’intéressement des salariés aux bénéfices
-la création d’une caisse de solidarité/retraite

De plus, n’ayant pas d’héritier direct, elle lègue sa fortune (estimée à 2 milliards d’euros) à la construction de maisons d’accueil de fille-mère (sujet au combien sensible pour elle), en redistribuant une partie de sa fortune à ses employés, etc…. Certains d’ailleurs, devenus riches à cette occasion, construiront à leur tour des endroits remarquables dédiés à la nature : Jules Gravereaux et la Roseraie du Val de Marne…..

L’illustration d’un des 12 principes

Mme Boucicaut répond également particulièrement à l’un des 12 principes de la permaculture :

Valoriser les bordures


La bordure entre deux milieux est souvent plus riche en biodiversité que chacun des milieux qui la jouxtent (si 1000 espèces habitent dans un milieu A et 1000 autres dans le milieu B, dans la bordure de A et de B coexisteront 2000 espèces).

Quel rapport avec Marguerite Boucicaut me direz vous ?

Elle est passée d’un milieu très pauvre à celui de la grande bourgeoisie parisienne. La juxtaposition de ces deux milieux, a priori complètement dissociés, a permis des avancées sociales incroyables pour l’époque qui n’auront certainement pas vu le jour si la propriétaire du bon marché avait été issue de la classe bourgeoise.

De mon point de vue, bon nombre de personnes appliquent certains principes de cette philosophie dans leurs actes quotidiens. Elle n’a semble-t’il rien de révolutionnaire mais le simple fait d’en avoir conscience et de les associer aux piliers et autres principes peut donner encore plus d’impacts aux décisions que l’on prend en donnant un fil rouge à nos actions, une cohérence globale.

Le rapport à l’argent

L’énergie : argent

Je profite aussi de cette histoire inspirante pour faire un focus sur l’argent. Ce mot génère généralement beaucoup d’émotions contradictoires : de l’envie, du dégout, etc, … Beaucoup de personnes voient en l’argent une finalité, un objectif à atteindre ou au contraire quelque chose de destructeur. Ne pouvons-nous pas le définir plutôt comme une énergie ? Une énergie qui, si elle est utilisée à bon escient, peut contribuer de façon durable à la régénération de la planète et de ses habitants. La nature est généreuse, prenons la comme modèle : une graine de tomates, moyennant quelques soins, générera à elle seule et en peu de temps des milliers d’autres qui à leur tour feront de même. Mme Boucicaut a gagné beaucoup d’argent dans sa vie et elle l’a utilisé de la plus belle des manières ! Une sacrée leçon !

Pour finir …

Continuer l’Histoire

Le château de la Villeneuve est une toute jeune maison d’hôtes. Cependant, la maîtresse de maison, par sa générosité, son ouverture d’esprit, sa volonté de se tourner vers les autres a à cœur de continuer à développer les lieux. Au dernier salon du bien-être tenu fin juin 2019, il y avait un artiste Thierry Jourdan qui proposait du mobilier inspiré de notre célèbre Dame de Fer. Quel joli clin d’œil à l’Histoire ! Gustave Eiffel n’est qu’autre que l’ingénieur ayant participé à la création de la cathédrale de verre et d’acier qu’est le magasin Au bon marché.

Vous l’aurez compris, dans le grand livre de vie du Château de la Villeneuve, de nouveaux chapitres vont s’écrire dans les années à venir tout en restant digne de la mémoire de son illustre ancêtre.

Retrouvez l’article en podcast

bannière Château de la Villeneuve

Échangeons …

Vous êtes propriétaire ou vous avez
visité un tel lieu qui se consacre tout autant à la sauvegarde de notre
patrimoine historique qu’au bien-être de la personne.

Vous aimeriez le partager ?

Écrivez moi pour échanger, nous rencontrer je serais ravie d’en consacrer un article en toute simplicité

Pour en savoir plus …

le château de la villeneuve Le château de la Villeneuve

Marguerite Boucicaut

les 3 éthiques Qu’est ce que la permaculture?

La roseraie de l’Haÿ les roses

Thierry Jourdan : Altitude

0 commentaire

Vous pourriez être intéressé par

Commenter

* En utilisant ce formulaire vous acceptez l'enregistrement et le traitement de vos données par ce site internet.