Alimentation durable et sans stress – épisode 1

par Céline (admin)
mahel coaching culinaire

Une fois n’est pas coutume, voici un format un peu différent qui j’espère vous plaira.


J’ai eu le plaisir d’être interviewée par Mélanie Landais de Mahel coaching culinaire. En tant que coach, Mélanie accompagne les parents pressés désireux de se remettre en cuisine au quotidien, pour les rendre autonomes et maitres de leur soirée ! Ça vous parle ?

Avant d’être à son compte, Mélanie était ma collègue de bureau. Entre deux projets, elle me parlait cuisine et je lui parlais permaculture, et ça allait on s’entendait bien ! D’une relation de travail nous avons évolué vers une relation d’amitié qui se poursuit.

Du coup, nous avons décidé de collaborer pour vous offrir une série de vidéos sur le thème suivant :

Comment se remettre à cuisiner sainement et durablement en s’aidant des principes de la permaculture

Je m’appelle Mélanie et je suis une ancienne ingénieure agroalimentaire mais aussi fille de restaurateurs. Mes parents m’ont transmis le goût des bonnes choses et de la convivialité, ainsi que la passion pour l’aliment et la cuisine.
Après 10 ans passés dans l’industrie, et à l’arrivée de notre premier enfant, j’ai pris conscience des enjeux de santé, environnementaux et sociétaux liés à notre mode d’alimentation.
Alors, forte de mon expérience dans l’alimentation, j’ai passé un CAP Cuisine et j’ai décidé de donner du sens à mon travail : j’accompagne, en France et à l’étranger, des couples de parents pressés souhaitant se remettre en cuisine durablement pour retrouver la maîtrise de leur quotidien et transmettre des valeurs à leurs enfants.

Mélanie Landais de Mahel Coaching Culinaire

La permaculture est vraiment une philosophie de vie qui entre dans la notre bien souvent par le jardin. Cependant, elle s’applique dans pratiquement tous les domaines qui constituent notre existence et notamment l’alimentation, alors bon visionnage.


Pour découvrir les autres épisodes :

Épisode 1 : Les éthiques et les principes Observer et interagir et Capter et stocker l’énergie
Épisode 2 : Les principes Obtenir une production et Rechercher l’autorégulation et accepter les rétroactions
Épisode 3 : Les principes Utiliser et valoriser les énergies et les services renouvelables et Ne produire aucun déchet
Épisode 4 : Les principes Concevoir des grandes structures aux détails et Intégrer au lieu de séparer
Épisode 5 : Les principes Utiliser des solutions petites et lentes et Valoriser et utiliser la diversité
Épisode 6 : Les principes Utiliser les bordures et valoriser la marge et Répondre au changement de façon créative


Épisode 1

La permaculture : les bases
Observer et interagir
Capter et stocker l’énergie

Quand la cuisine rencontre la permaculture

Mélanie Landais de Mahel Coaching Culinaire : Bonjour à tous ! Aujourd’hui, je suis avec Céline Marotte, blogueuse, et qui tient le blog Patrimoine-Permaculture-etc. Bonjour Céline.

Céline Marotte de Patrimoine-Perma-etc : Bonjour Mélanie, bonjour à tous.

Mélanie :   Aujourd’hui, c’est un format un petit peu différent. Habituellement j’écris des articles mais je me suis dit qu’un format vidéo pouvait être sympa pour vous faire partager des conseils de personnes inspirantes qui pourraient nous faire voir l’alimentation sous un autre angle :

Comment envisage-t-on l’alimentation ? Comment cherche-t-on à solutionner les problématiques associées ?

Je sais que, vous qui nous suivez, vous manquez de temps, vous ne savez pas quoi cuisiner. La cuisine, pour vous, c’est une véritable corvée. Néanmoins, vous avez à cœur de transmettre des valeurs essentielles à vos enfants et que vous avez aussi à cœur de cuisiner de manière la plus responsable et la plus durable possible. C’est la raison pour laquelle j’ai invité Céline à nous partager ses conseils et nous décrire comment la philosophie permaculturelle pouvait nous aider à changer notre manière de nous alimenter.

Céline est ce que je peux te demander de te présenter et puis de nous expliquer ce que tu fais et pourquoi tu le fais ?

Céline : Je me définis comme une permacultrice blogueuse amatrice de vieilles pierres. En fait, j’aime à la fois la permaculture et le patrimoine.

J’aime les vieilles bâtisses depuis que je suis toute petite. J’ai toujours aimé aller visiter des sites historiques, pour tout simplement ressentir l’âme qui pouvait ressortir de toutes ces pierres qui avaient vu des tas de vies passées avant nous.

La permaculture, quant à elle, je l’ai découverte il y a maintenant 5 ans avec le film Demain. C’est vraiment devenu une évidence qui m’a tout de suite parlée et à laquelle j’ai adhéré à travers les éthiques et les principes que l’on va détailler par la suite.

Mélanie : Ce format vidéo va être le début d’une mini-série parce que Céline va nous partager les principes de la permaculture qui sont au nombre de 12 que l’on vous présentera 2 par 2. A savoir que c’est grâce à Céline que j’ai découvert la permaculture. Avant, je pensais que c’était simplement mettre de la paille sur mes pieds de tomates et elle m’a bien fait comprendre que ce n’était pas que cela. J’avais donc envie de vous faire partager cette découverte.

Alors est ce que tu pourrais nous expliquer ce que c’est la permaculture en quelques mots ?

Céline : Alors déjà je vais vous préciser ce que la permaculture n’est pas : ce n’est pas seulement de mettre de la paille sur les tomates ou de faire des buttes de culture.

En fait c’est plutôt une façon de concevoir de manière holistique des systèmes qu’ils soient agricoles ou autre. On cherche à les rendre efficaces, autonomes et résilients tout en s’améliorant de façon intrinsèque au fur et à mesure que l’on applique les principes et les éthiques.

La permaculture a été inventée par 2 australiens, Bill Mollison et David Holmgren qui ont développé ce concept dans les années 70. A la base, c’était vraiment orienté vers la culture vivrière et ensuite, petit à petit, ça s’est vraiment développé dans tous les domaines de nos vies : l’habitat, l’alimentation comme on va le voir ou encore dans l’économie, etc… Maintenant pour moi et pour beaucoup, c’est une philosophie de vie qui me guide dans toutes les décisions que je prends et qui est basée sur les différents principes qu’on va développer tout à l’heure.

Mélanie : Donc si je résume avec mes mots c’est un système harmonieux qui s’autogénère vers quelque chose de positif.

Céline : Oui la conception est de construire un cercle vertueux basé sur 3 éthiques qui sont le socle de toute démarche
-prendre soin de l’humain
-prendre soin de la terre
-créer de l’abondance pour ensuite la partager de façon équitable.

Ce sont vraiment les fondations de la maison permaculturelle. On peut prendre soin de l’humain, par exemple, tout en détruisant la terre, on ne pourra alors pas considérer cela comme étant permaculturel.  

Mélanie : D’accord oui donc ça s’applique complètement à l’alimentation puisqu’aujourd’hui on cherche vraiment à faire des choses de manière harmonieuse et cohérente.

Céline : oui voilà c’est ça et pouvoir le faire de façon durable, ce qui est important.  

Vous allez reprendre le contrôle de votre cuisine et de votre alimentation mais comment le faire de façon pérenne en vous demandant de moins en moins d’énergie. Energie qui pourra être conséquente au démarrage ! L’objectif final c’est que cela devienne complètement naturel sans stress. Oubliez-les « Oh là là qu’est-ce que l’on va manger ce soir ? » Au fil du temps, cela deviendra extrêmement fluide et partagé par tous les membres de la famille.

Mélanie : Alors 3 éthiques et 12 principes. Aujourd’hui on va parler des deux premiers principes et de la manière dont ça peut influencer notre manière de manger.

Quel est ce premier principe ?

Céline : Vous aurez l’impression parfois que l’on enfonce des portes ouvertes mais on oublie généralement de le faire. Le premier principe c’est OBSERVER.

A chaque nouveau changement dans notre vie, on a tout de suite envie de passer à l’action parce qu’on a 36 000 idées qui nous viennent. Néanmoins, à force d’être dans l’action, on sera certainement sur des chemins qui ne nous correspondent pas et on va s’épuiser et finir par abandonner. Donc la première des étapes, c’est vraiment de se poser et d’observer notre quotidien.

Dans le jardin, on nous dit qu’il faut attendre les quatre saisons avant de commencer à planter quoi que ce soit. Ça peut paraitre un tout petit peu long et pas évident à s’imposer.

Par rapport à l’alimentation, pour retrouver le contrôle de votre cuisine et une alimentation plus saine et plus durable, observez ce qui vous pose problème.
-Qu’est ce qui, à un moment donné, va vous prendre du temps et pourquoi ?
-Qu’est-ce qui vous stresse ?
-Quelles sont les choses qui vous embêtent ou au contraire celles qui vous font plaisir ?

Les actions plaisir ne sont pas à négliger bien au contraire car elles vous aideront à mettre en place un système durable.

Il est aussi nécessaire d’observer vos limites et vos ressources autour de vous.

-Par exemple, est-ce que vous avez un magasin bio à côté de chez vous ou plutôt à 20km ? L’organisation des courses sera donc différente.
-Est ce que vous avez un potager ?
-Est ce que vous avez un potager partagé dans l’immeuble dans lequel vous êtes là ?

C’est vraiment observer tout ce qu’il y a autour de vous qui peut vous faciliter la tâche. C’est ce qu’on appelle vos ressources.

Ensuite, ça va être de bien en prendre conscience de vos limites. Vous avez la vie que vous avez. Vous finissez tous les soirs à 20h ? Ok c’est comme ça et c’est à prendre en compte pour pouvoir justement anticiper et organiser. Le but n’est pas de tout changer d’un coup, sinon on n’y arrivera pas, mais c’est d’y aller petit à petit. Cette observation de vos ressources et de vos limites est vraiment une phase essentielle avant tout démarrage.

Cependant, on ne doit pas oublier non plus de bien définir nos objectifs. Qu’est ce que l’on veut obtenir. La vision de la famille A sera certainement différente de celle de la famille B, elle vous appartient et elle vous est propre.

Observer vos ressources, vos limites et définir votre objectif.

Mélanie : Effectivement, je n’utilise pas du tout la permaculture dans mes accompagnements mais un des premiers principes que je tiens à donner à mes clients et que je cherche ce qu’ils intègrent c’est vraiment ce changement d’état d’esprit. Ne pas se mettre la pression au risque de renforcer toutes les tensions qu’ils ont déjà. Observer effectivement,

-Quels sont leurs besoins ?
-Quel est leur cadre de vie ?
-Quel rythme de vie qu’ils ont ?
-Est-ce que ce rythme-là ils veulent le changer ou non ?

Et s’ils ne veulent pas changer, on voit comment on peut s’adapter. C’est aussi une base essentielle parce que vouloir changer les choses en allant contre sa nature, c’est voué à l’échec. C’est vraiment ce que je recommande dans mes accompagnements, c’est observer votre vie au point de départ. Je vous aide à faire un état des lieux et ensuite on se fixe des objectifs atteignables. On ne s’épuise pas à mettre en place des actions qui on sait qu’elles ne marcheront pas.

Quel est le deuxième principe de la permaculture ?

Céline : Le deuxième principe est : capter et stocker l’énergie.

Dans une réflexion permaculturelle, on va avoir la volonté de réduire l’énergie nécessaire au maintien du système en place. C’est un premier aspect : on va tendre vers la décroissance énergétique. Néanmoins on aura quand même besoin d’énergie donc on va essayer de la capter et la stocker pour en avoir besoin au moment opportun.

Je vais prendre l’exemple de l’eau au jardin. Dans un système permacol, on va s’évertuer à avoir besoin de moins en moins d’eau : On va par exemple pailler nos cultures, on va planter des arbres, des haies pour favoriser l’ombre, d’autant plus que l’on va avoir des périodes de canicule peut-être de plus en plus fréquentes. Et on va permettre, ainsi, de réduire le phénomène d’évaporation de cette eau si précieuse. Néanmoins, on en aura toujours besoin et on ne peut pas la capter de façon continue au fil des saisons. On en a beaucoup à l’automne et au printemps et moins pendant l’été. On va donc chercher à la capter, à la stocker pour la redistribuer au moment où on en aura le plus besoin.

Si je reviens à l’alimentation et à une organisation qui permet de ne pas être stressé le soir tout en mangeant sainement et de façon durable, l’objectif sera de réduire justement ce stress. Je pense, Mélanie, que tu vas pouvoir donner des astuces de planification et d’organisation à tes clients. Tu vas leur donner des conseils qui vont permettre de baisser cette énergie négative qu’est le stress.

Néanmoins, malgré tous les bons conseils, on n’est pas forcément toujours en forme le soir pour faire à manger. Il y aura des moments où on aura la patate et parfois, des bof, pas beaucoup d’envies et ouvrir une petite boîte nous tente bien. Donc comment peut-on faire pour capter et stocker cette énergie de l’envie ? Ça peut-être tout simplement de manger sainement en consommant des fruits et des légumes de saison en pleine capacité nutritive et en favorisant la diversité.

C’est aussi se faire du bien. Passer du temps avec votre famille, d’aller faire du vélo, d’aller courir, faire tout ce qui vous ressource en oubliant toutes vos obligations le temps d’une parenthèse et aller chercher l’énergie là où vous avez du plaisir.

La mise en place d’une organisation ET la recherche d’énergie dans ce qui vous fait plaisir vont vous permettre de mettre en place un nouveau système pérenne et durable.

Mélanie : D’accord, effectivement c’est une manière de voir et capter l’énergie peut se faire sous 3 formes :

-La première qui est très pratico pratique : l’organisation. C’est ce que je dis toujours : l’organisation, la planification et l’anticipation équivalent à une automatisation. Tout ce qui est automatisé est quelque chose que vous n’avez plus à garder en tête ! Réfléchir tous les soirs à ce que vous allez manger vous demande de l’énergie à chaque fois. Le fait de planifier en prenant dix minutes de temps en temps vous en fera économiser le restant de la semaine.

-La seconde est de manger des choses de saison. C’est vrai que c’est que du bon sens mais on l’a oublié parce que la grande distribution nous met tout à disposition. On a l’impression que tout nous est accessible alors que ce n’est pas vrai. Manger des tomates en pleine saison qui ont du goût et de la saveur en comparaison de celle pleines d’eau vous aidera à cuisiner mieux, ce sera meilleur et vous serez satisfaits. Et puis tous les nutriments sont concentrés. Vous allez également limiter tout ce qui est traitement parce que j’ai envie de dire qu’on pourrait espérer de manger des fruits et des légumes de saison conventionnelle pas forcément bio parce qu’en pleine saison ils ont moins le risque d’être malade et donc ils sont moins enclins à être traités.

-Le troisième point est de dire oui on se fait plaisir. C’est ça aussi l’alimentation et c’est essentiel. Ça sert à notre survie mais il faut aussi se faire plaisir ! Et là on va me dire « Oui mais se faire plaisir c’est aller manger au Mac DO ». Alors essayez d’aller y manger tous les jours, matin, midi et soir et vous verrez bien que ça ne fait pas forcément plaisir au bout de quelques jours vous n’allez pas vous sentir très très bien.

Céline : Oui et la vitalité va nécessairement diminuer

Mélanie : Tout à fait parce qu’en fait c’est ce qu’on appelle des aliments morts. Ce n’est pas ça qui va vous donner de l’énergie.

Est-on au bout de notre deuxième principe ?

Céline : Oui, nous sommes au bout. Si vous avez des commentaires sur l’énergie. Quelles sont vos astuces pour vous en trouver, n’hésitez pas à partager…

Mélanie : Oui, ça serait intéressant. Merci beaucoup Céline.

Céline : Merci à toi, merci à vous

Mélanie : Du coup, suite au prochain épisode dans lequel on évoquera deux autres principes qui vont plus porter sur l’état d’esprit. Ça sera très applicable quand on veut apporter du changement dans notre quotidien surtout quand on a des mauvaises habitudes qui sont ancrées depuis longtemps. En attendant n’hésitez pas à aller voir le blog de Céline dont je vous mettrai le lien dans la vidéo et puis à passer voir le blog de Mahel pour choper des astuces, des bonnes idées, des conseils sur votre alimentation.

Merci beaucoup, Salut

Céline : Merci à vous au revoir

4 commentaires

Vous pourriez être intéressé par

4 commentaires

Richard Christine 12 février 2020 - 0 h 08 min

C’est chouette cette vidéo, quel(s) talent(s)..!!

Répondre
Céline (admin) 12 février 2020 - 7 h 54 min

C’est pas facile !!! mais le format est intéressant, on va s’améliorer au fur et à mesure des vidéos !

Répondre
Sylviane et Gérard 12 février 2020 - 17 h 00 min

Sympa et intéressant ce documentaire sous forme d’interview.
Et comme toute série qui plaît, nous attendons le « second épisode »!

Répondre
Céline (admin) 12 février 2020 - 21 h 32 min

on enregistre demain pour diffusion tous les mois !!

Répondre

Commenter

* En utilisant ce formulaire vous acceptez l'enregistrement et le traitement de vos données par ce site internet.