Notre patrimoine confiné

par Céline (admin)
notre patrimoine confiné

Nous savons quand cette période de confinement a commencé. Nous n’avons pas la moindre idée de quand elle se terminera. Les principales conséquences pour ma part sont d’avoir TOUTE LA JOURNÉE mes adorables enfants, dont un ado et un petit de 17 mois, ce qui a réduit drastiquement mon temps imparti à travailler sur le blog, ma principale source régénérative. Cela faisait également 4 mois que je préparais mon road trip printanier solitaire pour rencontrer les acteurs de notre patrimoine historique : Découvrir, apprendre, rencontrer des personnes qui associent la sauvegarde de leur patrimoine avec celle de la nature. Au lieu de cela, je réapprends à poser les divisions (Arghh !) et a conjugué, jour après jour, le verbe être au présent de l’indicatif …

Le patrimoine confiné d’un point de vue permaculturel

Le 12ème principe

Je râle mais en fait c’est pour la forme. Finalement, même si parfois les journées sont compliquées et un peu longues, les enfants jouent vraiment le jeu et sont chouettes. Le petit est juste ravi d’être avec d’autres enfants qu’avec sa mère. Et j’ai eu un sacré flair de prendre mon congé parental sur 2020 ! Car au delà de voir un peu l’organisation quotidienne chamboulée, ma famille n’est pas en péril, et financièrement nous n’avons pas de souci non plus, ce qui est légèrement différent pour tous nos propriétaires/gestionnaires privés de patrimoine historique où la principale source de revenus est bien sûr liée au tourisme.

Soyez créatif face au changement

Le 12ème principe de la permaculture nous incite à être créatif face au changement. Quand on parle de limaces dans le potager, d’accord, on peut l’entendre et accepter. Mais quand cela prend une ampleur économique qui peut mettre en péril l’avenir même de notre patrimoine, on est beaucoup moins enclin à prendre cela à la rigolade! Et pourtant, face à cet arrêt forcé, il sera nécessaire d’aller chercher des ressources, parfois jusque là insoupçonnées.

Les étapes du changement

La courbe

Ce qui est, néanmoins, rassurant c’est qu’à chaque changement, chaque crise, on passe tous par les mêmes étapes pour finalement rebondir ! On peut certes rester bloqué à certaines ou au contraire passer très vite sur d’autres, mais nous connaissons le chemin à emprunter. Pas après pas, action après action, on se rapproche de la lumière en haut de la colline.

étapes du changement
Où en-êtes vous dans ces différentes étapes ? Moi, j’entame l’acceptation 🙂
Mon histoire

J’en parle d’autant plus facilement que moi-même j’ai vécu une épreuve personnelle particulièrement difficile.

Il y a 6 ans, nous avons appris la plus terrible des nouvelles en tant que parents : notre fille de 23 mois était atteinte d’une tumeur cérébrale inopérable. Aussi dramatique que cette histoire puisse paraître, elle a été l’élément déclencheur d’un changement de cap dans ma vie. Tout comme le confinement, notre existence bien huilée de jeunes cadres dynamiques s’est arrêtée nette. Cette pause forcée, m’a fait me poser énormément de questions existentielles. Et petit à petit, jour après jour, j’ai suivi cette fameuse courbe pour finalement rebondir et intégrer mes propres valeurs, mes besoins vitaux tout en prenant ma propre direction sereine et confiante.

Aujourd’hui, Lucile est toujours avec nous et elle se bat tous les jours avec courage. Qu’en sera-t-il demain? Nous n’en avons pas la moindre idée, mais il y a une chose dont je suis sûre, quoi qu’il arrivera, j’arriverais à rebondir. Ça pourra prendre du temps, mais je sais maintenant que mes bases sont solides et bien ancrées.

Cette épreuve m’a emmenée, entre autre, à découvrir la permaculture, cette philosophie de la résilience dont le bon sens et les éthiques me portent chaque jour.

Ne pourrait-il pas en être de même pour notre patrimoine historique ?

Notre patrimoine pendant le confinement

L’initiative de So-châteaux

Face à cette adversité, So-Châteaux, le guide des châteaux de France et d’Europe, a admirablement réagit en offrant des visites guidées de domaines par visio-conférence. En effet, en tant que visiteur, nous pouvons parcourir les jardins et les pièces de ces châteaux, guidé par les propriétaires/gestionnaires des lieux.

La force du concept réside dans l’interactivité rendue possible en posant directement toutes nos questions au guide, par l’intermédiaire d’Olivier Schweizer, fondateur de So-Châteaux et formidable animateur. Je ne savais pas à quoi m’attendre mais je trouve juste le format génial. En effet, même si le groupe est de 70 personnes ou plus, on ne loupe rien de la visite et nous avons toutes les réponses à nos questions.

C’est aussi l’occasion de découvrir des acteurs du patrimoine. Pour découvrir le programme.

Et quelle créativité ! Ce confinement est finalement une opportunité pour essayer un nouveau format de média encore inédit, il me semble. Nous avons les interviews, les articles, les reportages, les vidéos, les podcasts, mais la visite guidée virtuelle, alors là c’est une première !

Chaque changement offre l’opportunité de pousser une nouvelle porte inconnue pour découvrir le paysage merveilleux qui se cache derrière. Encore faut-il oser le faire !

Quels impacts pour notre patrimoine confiné ?

Ce matin d’ailleurs, j’ai écouté Olivier de Lorgeril, président de la Demeure Historique et propriétaire du château de la Bourbansais en Bretagne. Il répondait aux interrogations des propriétaires de châteaux face au confinement. Elles sont de plusieurs ordres :

-De nombreux sites ont le statut d’entreprise et peuvent donc bénéficier des prêts garantis par l’état (PGE) ou encore le BPI (prêt rebond issu de la Région). Cette avance permet de répondre rapidement au problème de trésorerie. Attention qui dit prêt, dit remboursement.

-S’ajoutent à cela les pertes d’exploitations non encore prises en compte et tous les travaux de rénovation arrêtés, impactant directement la qualité des futures visites dans certains cas.

L’équilibre comptable pour maintenir à flot ces grandes bâtisses est déjà un exercice de funambule en temps normal. Aujourd’hui, il est rendu encore plus instable avec le COVID-19. Certains propriétaires privés n’ont pas le statut d’entreprise. Ce sont plutôt des SCI ou ils gèrent en leur nom propre. Pour le moment, ils ne peuvent pas bénéficier de ces aides.

Alors même si la vie de châteaux peut faire encore rêver, le revers du miroir est une toute autre réalité. Un autre article est en préparation justement pour répondre à la question suivante :
Qu’est ce qu’un(e) châtelain(e) au XXIéme siècle?

Comment préparer l’après confinement ?

Pour les propriétaires / gestionnaires de patrimoine

Cette parenthèse n’est-elle pas le moment pour prendre du recul… alors certes vous sortez de la saison basse, propice, on imagine, à cette réflexion. Cependant, c’était la phase normale, la suite logique d’une saison haute chargée. Elle n’a pas la même puissance qu’une pause forcée et brutale qui déstabilise et fragilise les saisons à venir.

C’est peut-être plus facile à dire qu’à faire. Cependant, plus fort est la crise, plus fort est le besoin d’être créatif, de sortir du cadre pour prendre des chemins que l’on croyait jusqu’alors impossibles.

Pourquoi alors ne pas s’intéresser aux 17 objectifs de développement durable des Nations-Unis ?

Cette crise sanitaire exacerbe les besoins d’un monde plus juste, plus équitable, qui prend alors la dimension des enjeux climatiques qui nous attendent. Toute la philosophie permaculturelle peut permettre de poser les premiers pavés de ce nouveau chemin.

-soit en développant des thématiques autour de la nature, la biodiversité, un potager, une forêt-jardin, une forêt primitive, des conservatoires, etc …

-soit/et en appliquant la philosophie dans de nombreux domaines tels que l’entrepreneuriat, l’économie, la restauration, les rénovations, la construction, etc …

Attention, l’objectif, pendant ce confinement, n’est pas de mettre en place ce nouvel écosystème en copiant des exemples qui ont très bien fonctionné chez d’autres au risque que le contraire se produise chez vous.

En effet, dans toute conception permaculturelle, la première étape PRIMORDIALE est d’OBSERVER.

OBSERVER ce qui existe déjà, ce qui n’existe pas encore, ce qui vous anime réellement. Quels sont vos besoins? Quelles sont vos ressources disponibles ? (financières, temporelles, partenariats, entreprises locales, etc …). Quelles sont vos limites ?

Travaillez avec la nature et non contre elle, vous gagnerez du temps et de l’argent

C’est le moment de rajouter une autre dimension à votre domaine, celle du développement durable, de l’éco-responsabilité pour continuer à nous faire voyager entre hier, aujourd’hui et demain.

Que pouvons nous faire, en tant que visiteur, pour aider notre patrimoine confiné?

Là tout de suite maintenant, ce que l’on peut faire de mieux, c’est de rester confiné. Restez chez vous pour que les visites et le tourisme reprennent au plus vite.

Affiche Mathieu Persan

Cet été, allons visiter tous ces beaux patrimoines, toutes ces vielles pierres. Elles ont su rester debout malgré toutes les épreuves passées et que relèveront encore une fois ce défi, avec vous !

Le collectif d’acteur du patrimoine : patrimoine 2.0 – Le château de Pagax

Échangeons

Propriétaires/ gestionnaires de domaines historique, quelles premières pierres avez-vous envie de tester sur le chemin de l’éco-responsabilité ?

Futurs vacanciers libres de voyager, quels patrimoines avez-vous envie de découvrir cet été en France ?

N’hésitez pas à partager en commentaires toutes vos idées !! Et surtout prenez de soin de vous

0 commentaire

Vous pourriez être intéressé par

Commenter

* En utilisant ce formulaire vous acceptez l'enregistrement et le traitement de vos données par ce site internet.