Le château Guillaume et son hameau

par Céline (admin)
chateau Guillaume

Il était une fois, Aliénor d’Aquitaine qui naquit en ce château construit par son grand-père, Guillaume IX d’Aquitaine, Comte de Poitou. Appelée à d’autres desseins pour devenir tour à tour Reine de France puis Reine d’Angleterre, elle n’en oublia pas moins sa région natale et sa passion pour l’art du Trobar. Château Guillaume, depuis l’époque d’Aliénor, a bien sûr changé tout en gardant son identité médiévale. En dormance depuis une cinquantaine d’années, ce patrimoine tend à se réveiller en renouant avec la nature et l’essentiel.

Construite dans la vallée de l’Allemette, dans une zone frontière entre le Berry, le Poitou et la Marche, cette forteresse médiévale est rattachée depuis 1819 à la commune de Lignac dans l’Indre.

Quand on évoque le nom de Château-Guillaume, on imagine bien évidement le château mais savez-vous qu’il s’accompagne aussi d’ un village médiéval, d’une ferme, d’un moulin, d’un ancien verger ?

Le patrimoine de de Château guillaume
Château Guillaume

Aujourd’hui, tous réfléchissent à écrire de nouvelles pages à leur histoire en intégrant la nature et un retour à l’essentiel avec l’aide de la famille d’Ursel.

La physionomie de ce patrimoine

La Bâtisse Médiévale

Son histoire

Le Château connut 3 grandes périodes dans son histoire :

*Depuis sa construction entre 1087 et 1112,
*Son démantèlement sous Richelieu au XVIIe siècle. Il passa ainsi sans trop d’encombre la Révolution Française étant déjà mal en point.
*Et sa restauration à partir de 1878. Il échappa aux Allemands lors de la seconde guerre mondiale par une déviation des panneaux d’indications, simple et efficace.

Le château a été classé au titre des monuments historiques en 1862.

Son architecture

Le château vue du ciel

Le donjon de Château Guillaume s’élève à environ 25m de haut. Il n’ a rien à envier à ceux du Sud de la Loire. Comme les autres monuments  des XIe et XIIe siècle, il remplit un triple office :
-Tout d’abord, réduit défensif et poste de vigie, il possède des contreforts plats, dont trois sur chaque face. Les murs possèdent une épaisseur de plus de 2m en moyenne. Les archères ont été relevées et elles mesurent environ 1m de haut. Leur sommet arrondi est taillé dans la pierre qui les coiffe. Elles sont actuellement murées de l’intérieur.
-Marque de puissance, car il fallait une autorisation supérieure pour transformer un donjon de bois en pierre, et la pierre était un matériau coûteux à l’époque.
-Une fonction de résidence seigneuriale permanente ou temporaire.

Au XIVe siècle, le vieux donjon roman se voit encadrer par quatre grosses tours cylindriques et est couronné de mâchicoulis.

Son Donjon, ses 4 tours et ses remparts avec des contreforts en forme de colonnades font de cette bâtisse une démonstration de puissance. Stratégiquement placé en fond de vallée, encadré par les rivières l’Allemette et de la Champignolle, le château s’isole en cas de fortes pluies par débordement des rivières dans les douves, ce qui le rend imprenable.

Le parc

Le parc attenant au château fait près de 3 hectares. Mis en place dès 1880, il suit la mouvance des jardins à l’anglaise. Il accueille des platanes, des pins maritimes et la fameuse cathédrale verte, allée bordée de tilleuls.

le parc et la tour du château Guillaume
@france-voyage

La majorité des terres alentour sont à vocation agricole ce qui constitue encore aujourd’hui la principale source de revenus du domaine. La ferme de Pénémont y est encore rattachée mais n’est actuellement plus en activité.

Le hameau

Le hameau, autour de l’église romane, date également du moyen-âge. A l’époque, il servait de première ceinture défensive. Les murs extérieurs font 2,5m d’épaisseur et les ouvertures étaient exclusivement tournées vers le château.
Depuis, les maisons se sont transformées en se dotant d’escaliers extérieurs et d’ouvertures sur leurs façades initialement dépourvues.

Le hameau de Château Guillaume
@france-voyage

Ce hameau rassemblait toutes les personnes qui travaillaient pour le domaine. Il n’y a pas encore si longtemps, dans l’entre deux-guerres, près de 40 personnes y logeaient. On pouvait rencontrer des maréchaux ferrant, un sabotier, le jardinier et des cafés pour les longues soirées d’hiver. Ce village était nécessaire à l’activité d’une trentaine d’exploitations agricoles sur les 2200 ha que possédait alors le château.

Aujourd’hui, le hameau s’est vidé et nombreuses sont les maisons qui mériteraient un peu de restauration. Néanmoins, nous pouvons encore y rencontrer le gardien du château ainsi que les maraîchers Véronique et Luc qui redonnent vie à l’ancien verger.

Le potager

Le potager est l’espace nourricier par excellence qui subvenait aux besoins du château et du village.

Transformé en verger en 1902, il contenait à l’époque plus de 648 arbres fruitiers de toutes espèces et variétés. Quelques pommiers et poiriers subsistent encore, mais ne sont plus productifs.

Le potager du Moulin de château Guillaume
Jardins du Moulin
photo de Véronique et Luc

Les nouveaux maraîchers

Aujourd’hui, un nouveau souffle est donné à cette parcelle, et d’autres, grâce à l’arrivée de Véronique de Meeus d’Argenteuil et Luc Vande Velde à l’automne 2017. Aujourd’hui à la retraite, après une vie bruxelloise bien active, ils aspirent à une vie simple loin du tumulte. Leur rencontre avec Nathalie et Lancelot d’Ursel leur ont permis de s’installer sur ces terres au potentiel indéniable. Ils résident dans l’ancien moulin du hameau et ont la responsabilité de 5 hectares. Actuellement, en phase de restructuration des sols, ils ont toutefois réussi à récolter 300 kg de tomates et sont à 90% autonome en fruits et légumes. Le surplus est alors vendu sur le marché et à des restaurants. Mais ce n’est que le début, Véronique et Luc ambitionnent de :

*Redonner au site une activité maraîchère de légumes et petits fruits et en faire la vente locale et auprès des associations, écoles, maisons de retraites…..etc.

*Gérer l’exploitation en maraîchage Bio-Intensif dans le respect des préceptes de la permaculture

*Apporter au site du Château une aura de modèle de cultures « sols vivants », le retour aux sources de nos anciens dans le respect de Mère Nature.


Ce que j’apprécie le plus dans la permaculture c’est l’ouverture des techniques qu’elle apporte. Quand certains s’activeront à créer des buttes parfaitement calibrées, d’autres feront de la rotation des cultures leur principal outil. Véronique et Luc, eux, ont décidé de cultiver en « Sols Vivants » et maraîchage bio intensif qui a eux seuls mériteraient des articles à part entière. Des arbres fruitiers ont également été replantés selon les courbes de niveau en utilisant les baissières pour retenir l’eau. D’autres parcelles se transformeront en agroforesterie … Toute la matière est là pour faire revivre le site selon les principes de la permaculture et lui redonner une nouvelle vie !

L’interview

Luc et Véronique ont bien voulu répondre à quelques unes de mes questions :

-Pourquoi être venus à château Guillaume ? Nous étions à la recherche d’un site prêt à nous accueillir et en pleine Nature. Les Communes de Lignac et alentours présentent le plus haut taux de zones « BIO » de toute la Région !!!

-Quelles sont les techniques permaculturelles mises en place, quelle est la gestion de l’eau par exemple ?  Pour respecter les fondamentaux du Sol Vivant il est indispensable de cultiver en sols « Couverts » en permanence et SANS travail du sol (en profondeur). Un des corollaires est clairement la diminution des besoins en eau ou irrigation. Néanmoins l’irrigation reste un besoin selon certains types de cultures et périodes de croissances des plantes, mais fortement diminué grâce aux « Sols Couverts »

-Y a-t-il un verger ? combien y a-t’il d’arbres, de variétés ? Nous relançons le verger pour partie et avons réalisé l’apport de 72 fruitiers de 4 @ 6 ans en partie dans le potager et en partie dans les parcelles liées au Moulin de Château Guillaume où nous résidons. Pommes / Poires / Prunes / Cerises.

-Quels seraient vos projets pour 2020 ? et au-delà ? Développer le maraîchage « Bio Intensif » sur les sites du potager et des abords du Moulin pour arriver à une surface cultivée de 2 Ha pour un emploi de 3 à 6 personnes selon les saisons.

Au début de l’automne, la fête de la Saint-Michel, saint patron du site, serait l’occasion pour échanger, faire découvrir tous les concepts qui leur sont chers. Ainsi, la sensibilisation des plus jeunes, les rencontres permettront peut-être de faire naître des vocations pour poursuivre leur travail dans les années à venir.

Pour comprendre un lieu , j’aime savoir d’où il vient et connaître ceux qui l’ont accompagné tout au long des siècles.

Les propriétaires de Château Guillaume, patrimoine médiéval

Le château a plus de 900 ans d’histoire, de Guillaume IX à la famille d’Ursel.

Les ducs d’Aquitaine

Le début de l’histoire de ce château se situe au XIème siècle sous Guillaume IX, duc d’Aquitaine et Comte de Poitou. Son suffixe, le Troubadour, date du XIXème siècle, période à laquelle il fût reconnu comme le premier poète occitan.

Le château a trouvé sa raison d’être dans la rivalité qui se jouait entre les ducs d’Aquitaine et le Royaume de France des Capétiens. Aux confins des provinces du Berry et du Poitou, cette forteresse médiévale a vu naître la future reine de France et d’Angleterre : Aliénor d’Aquitaine, fille ainée de Guillaume X.

Les familles propriétaires

De nombreuses familles se succédèrent à Château-Guillaume, chacune apportant sa pierre à l’édifice. Nous pouvons citer :

La Famille de la Trémouille, dont une des 4 tours porte le nom
La Famille Riffault : Pierre Riffault devint seigneur de Château Guillaume au début du XVII éme siècle, il en fit sa résidence et jugea utile de faire de nouvelles constructions, entre autres celle d’un corps de bâtiment contre la tour La Trémouille . Le pont levis fut supprimé et remplacé par un pont dormant, celui qu’on utilise aujourd’hui .
La famille de la Faire à partir de 1692 dont une autre tour porte également le nom.

La famille ROBERT DE BEAUCHAMP, renaissance du Château

Le château doit sa renaissance à la famille ROBERT de BEAUCHAMP et plus précisément à la vicomtesse Raymond de Beauchamp née Mathilde de Lanet. (Robert faisait partie du nom de famille ) après 1878. Les travaux furent supervisés par Charles-Henri Cazaux, disciple de Viollet le Duc.

Eugène Viollet-le-Duc (1814-1879) doit sa réputation d’architecte français le plus célèbre du XIXème siècle, grâce à ses nombreuses restaurations d’édifices médiévaux. Ce mouvement important s’inscrit dans le cadre de la naissance du label des monuments historiques né dans les années 1830.

Aujourd’hui, avec la Famille d’Ursel

La lignée de la famille ROBERT DE BEAUCHAMP s’éteignit avec Louis, deuxième du nom qui mourut sans lasser de descendance. Il n’était qu’autre que le fils de Jean ROBERT DE BEAUCHAMP, aviateur renommé pendant la première guerre mondiale, qui couta également la vie à ses deux autres frères, Hubert et Louis. Leurs existences sont mises à l’honneur dans une exposition toujours présente dans l’antichambre de la salle à manger du château. Cette famille fût durement touchée.

La Vicomtesse de Beauchamp et la bazar de la Charité
La Vicomtesse de Beauchamp et ses fils

Ces 3 frères perdirent également leur mère dans l’incendie du Bazar de La Charité en 1897. Elle mourût d’apoplexie auprès de la Duchesse d’Alençon, sœur cadette de l’impératrice « Sissi ».

arbre généalogique de la famille Beauchamp et d'Ursel

Les derniers représentants de la famille Robert de Beauchamp, Louis et sa femme, Suzanne d’Oultremont, vivaient à l’année dans ce château, qui durant la période froide n’était peut-être pas des plus confortables. Ils entreprirent de restaurer la consolidation des mâchicoulis et des gargouilles, ainsi que le refaçonnage d’un coin du donjon.

Sans descendance, ils décidèrent de léguer le château et son hameau à leur neveu, Lancelot d’Ursel, qui se souvient encore de ses vacances avec son oncle, un amoureux de Proust.

L’interview de la famille D’Ursel

Aujourd’hui la famille d’Ursel ouvre le château à la visite durant la belle saison. Ils font régulièrement le voyage entre la Belgique et le centre de la France pour y passer les deux mois d’été pleins au domaine. Ils réfléchissent à concrétiser des projets pour faire revivre les lieux dans un souci de transmission de leur patrimoine tout en souhaitant un retour vers la nature et l’essentiel comme ils me l’ont confié :

*Que représente pour vous et votre famille le château Guillaume ? Un patrimoine familial faisant partie de l’histoire Française et Européenne, que nous voulons préserver.  

*Avez-vous des souvenirs particuliers ? dans votre enfance ? Avez-vous des anecdotes que vous aimeriez partager ?  Nous y passions quelques jours en été depuis 20 ans avec mes 3 enfants. Nous avons des souvenirs de notre oncle Louis qui lisait du Proust en fumant le cigare. Ma fille y a fait ses premiers pas et elle s’est mariée dans l’allée de Tilleuls (dite la « cathédrale verte ») en 2014. Aujourd’hui nous passons de plus en plus de temps l’été (deux mois au moins) et mes enfants viennent parfois avec des amis.

*Quels projets aimeriez-vous développer dans l’enceinte du château ?  Nous aimons faire profiter de l’ensemble du mobilier qui n’a pas bougé depuis 1890, et peut être à l’avenir ouvrir la salle manger dans des cas exceptionnels afin de faire découvrir l’art de la table au XIXème siècle. Vu le nombre de demandes, nous envisageons d’ouvrir une des chambres du donjon au public. Mais l’été les chambres sont habitées. 

*Vous souhaitez vous rapprocher de la nature, pourquoi ? Pour fuir la surconsommation et revenir à l’essentiel, manger local et de saison. Profiter de la nature, du bruit de la rivière qui passe dans le parc. 

*Que représente pour vous la permaculture ? Être en harmonie avec la nature et les saisons, manger local, bio et raisonné. Faire revivre le potager comme on l’a connu à l’époque de ma tante est un rêve pour nous. Nous avons retrouvé des plans du potager datant du début du XIXème siècle, ce qui est très intéressant. 

*Que souhaiteriez-vous transmettre, à votre famille mais aussi aux visiteurs du site et aux générations futures ? La beauté et la pureté de l’endroit,  les techniques militaires médiévales, l’ingéniosité de la construction et de l’architecture du château.

Revenons maintenant quelques siècles en arrière pour en découvrir un peu plus sur Aliénor d’Aquitaine.

Aliénor D’aquitaine

L’histoire du château ne serait pas complète sans évoquer Aliénor d’Aquitaine, petite fille du premier seigneur des lieux. Cette femme intrépide et courageuse eut une vie on ne peut plus romanesque. Elle est également la grand-mère de Blanche de Castille, mère de Saint-Louis.

Aliénor d'Aquitaine
Aliénor d’Aquitaine

Aliénor d’Aquitaine serait née dans ce château en 1123 pour se terminer à l’âge de 82 ans à Poitiers! Sa vie fut loin d’être un long fleuve tranquille. Cette double reine, de France et d’Angleterre, fascine encore aujourd’hui les historiens et amateurs d’histoire. Château Guillaume lui fait un clin d’œil en nommant une boucle de 1.7 km pour découvrir l’histoire des lieux, sur les pas d’Aliénor.

Petite-fille de Guillaume IX, dit le Troubadour, elle ne cessa toute sa vie de promouvoir cet art en véritable mécène. Cela ne lui apportât pas que des sympathies au sein de la cour française et anglaise, mais qu’à ne cela tienne, femme libre et audacieuse, elle resta fidèle à ses passions.




Le troubadour est un ancien poète de langue d’Oc durant le moyen-âge. Il mettait en scène ses poèmes en chansons pour les chanter à la cour. Guillaume IX savait manier le verbe, tantôt courtois, tragique, tantôt obscène. Et c’est bien en tant que poète occitan que Guillaume IX traversa les siècles.


Aliénor fut tout d’abord mariée au futur Roi de France , Louis VII (5eme dans la dynastie des Capétiens qui a régné pendant près de 4 siècles). Le mariage fût annulé pour cause officielle de consanguinité au 4 ou 5ème degré. La raison officieuse étant que les deux époux ne s’entendaient absolument plus.

8 semaines plus tard elle épousa le futur Roi d’outre-manche Henri de Plantagenêt qui deviendra Henri II d’Angleterre. Lors de ce second mariage, elle donna naissance à 5 fils et 3 filles dont le célèbre Richard Cœur de Lion et son plus jeune frère Jean sans Terre qui deviendra malgré son suffixe, Henri III d’Angleterre.

Est ce que ces deux personnages ne vous rappelleraient pas une autre histoire, que personnellement j’ai adoré étant petite, non ?
Robin des Bois est ce que cela vous rappelle quelque chose? L’histoire se passe en Angleterre pendant l’absence du roi Richard Cœur de Lion. Son jeune frère, le Prince Jean tente de lui prendre sa place.

Le roi Richard – Richard Cœur de Lion
Le Prince Jean – Jean sans terre

Cette histoire a traversé les années. Sur fond de réalité, elle traduit les rivalités existantes au sein de la famille, rivalité fraternelle mais aussi envers leur père. Ces conflits valurent à la Reine Aliénor 15 ans d’emprisonnement pour avoir comploter contre son mari.

Pour résumer

A Château-Guillaume, l’année 2019 marque un tournant dans la volonté du château et de son hameau à écrire une nouvelle page à leur histoire. Beaucoup de projets fourmillent dans la tête des propriétaires actuels. Comme le résument si bien Véronique et Luc, le fil rouge de ce renouveau sera de :

Faire rayonner le site de Château Guillaume dans une région fortement respectueuse de la Nature au Centre de la France.

Personnellement, j’ai hâte de découvrir l’avenir prochain du site !

Échangeons …

Vous êtes propriétaire d’un patrimoine historique ou vous avez visité un tel lieu qui se consacre tout autant à la sauvegarde de notre patrimoine historique qu’à celui de notre biodiversité.

Vous aimeriez le partager ?

Écrivez moi pour échanger, nous rencontrer je serais ravie d’en consacrer un article en toute simplicité

Pour en savoir plus …

Aliénor d’Aquitaine
Résultat de recherche d'images pour "Guide du nouveau jardinage: sans travail du sol, sur couvertures et composts végétaux""
Une des références sur les « sols vivants »
Une des référence sur le bio intensif
8 commentaires

Vous pourriez être intéressé par

8 commentaires

Melanie 5 décembre 2019 - 21 h 37 min

Je crois que cet article est mon préféré ! Ce château est magnifique !

Répondre
Céline (admin) 8 décembre 2019 - 22 h 29 min

Ce sont ses contreforts en forme de colonnades qui m’impressionne

Répondre
Richard Christine 6 décembre 2019 - 7 h 37 min

Passionnant… Ces histoires où le patrimoine soude plusieurs familles…
Concernant le côté « culture », que signifie le bio « intensif »? C’est curieux…

Répondre
Céline (admin) 8 décembre 2019 - 22 h 28 min

Le bio intensif consiste à cultiver sur une petite surface des légumes associés ou non . Du coup le travail ne se fait qu’à la main et de façon soignée contrairement à la mécanisation. Voici une définition justement de Jean-Martin Fortier : » l’espacement serré des cultures a pour effet de créer un microclimat qui leur est bénéfique. La canopée des jeunes plants qui se touchent lorsqu’ils arrivent à maturité, améliore la résistance des plants aux vents, diminue l’évapotranspiration de la surface du sol et crée un ombrage empêchant la prolifération des mauvaises herbes. »

Répondre
Sylviane et Gérard 6 décembre 2019 - 15 h 11 min

Ce château médiéval est majestueux avec ce hameau à proximité.
Belle rencontre entre les maraichers et les propriétaires afin de redonner vie à ce magnifique endroit.

Répondre
Céline (admin) 8 décembre 2019 - 22 h 31 min

oui les échanges ont été enrichissants !

Répondre
Genève 26 avril 2020 - 15 h 46 min

Je dis bravo, à cette volontée de faire revivre les lieux. Mais étant un voisin, j’ai eu l’occasion de voir certaine choses déplaisante, comme la destruction de la ripisylve pour la permaculture, (paillage avec le bois coupé puis broyé) . Il y a certaine chose qui doit être protégé, pour permettre à la biodiversité de s’épanouire et d’éviter la degradation des bords du ruisseaux qui s’érode lors des crues l’hiver venu. La loi c’est la loi et ne pas la respecter c’est inadmissible.

Le château Guillaume à du potentielle en terme de patrimoine, d’accueil du public. Ne serait il pas intéressant de rénover certaine maison du hameaux pour accroitre l’accueil de touriste. Il y a des projets mais je pense que bon nombre de projets seront avorté, (raison financière). S’avoir gérer son patrimoine immobilier n’est pas évident quand on y connait pas grand chose.
C. G

Répondre
Céline (admin) 26 avril 2020 - 21 h 36 min

Bonjour Charles,

effectivement les bordures de rivière sont par nature très riches en biodiversité et il est essentiel de les préserver. Je vous rejoins aussi sur le potentiel incroyable de l’ensemble de château -Guillaume, le château et le hameau. Après comme vous dîtes, cela demande des moyens financiers non négligeables et pour avoir discuté avec la famille, ils sont au début de leur réflexion pour préserver tout ce patrimoine qui leur tient à cœur. Je m’avance un peu mais peut-être seraient-ils ouverts à la discussion et à différentes propositions. Dans de nombreux châteaux, il existe des associations « les amis de …. » qui aident à la création d’événements, de projets qui permettent de faire connaître le domaine et financer ainsi certaines restaurations. C’est peut-être l’occasion de lancer cette idée, non ?
Je vous souhaite une bonne semaine confinée .
Céline

Répondre

Commenter

* En utilisant ce formulaire vous acceptez l'enregistrement et le traitement de vos données par ce site internet.