Le Château de Preisch et ses moutons

par Céline (admin)
le chateau de Preisch

Il était une fois, au Pays des trois Frontières, sur ces terres souvent convoitées, un château fort qui protégeait la cité médiévale de Rodemack. Aujourd’hui, les temps de guerres ont fait place à des temps plus calmes, où le Domaine de Preisch peut compter sur sa propriétaire et son amour de la nature pour continuer à s’embellir et à prospérer.


banniere_château de Preisch

Rodemack, la petite Carcassonne Lorraine
@lorraine-photos.blogspot.com

Vivre dans un château fait rêver ….

Des nombreux futurs mariés cherchent un cadre féérique pour ce jour si important pour eux. Lors d’un séjour, on aime s’offrir, le temps d’une parenthèse, la vie de Châtelain, du moins celle que l’on croit être.

Mais qu’en est-il vraiment ?

Être propriétaire d’un château demande, aujourd’hui, beaucoup de conviction , d’attachement et d’amour pour tenir à flot ces vieilles pierres, témoins d’une histoire familiale parfois longue. Une tempête, et c’est 4000 m2 de tuiles à reprendre. Repeindre les volets, il faut en compter une bonne centaine ! Les châtelains doivent faire preuve de créativité et d’agilité pour entretenir ces espaces et perpétuer l’héritage familial.

Le château de Preisch n’échappe pas à la règle, Dominique Charpentier a hérité de cette demeure en 2000 qui appartient à la famille de Gargan depuis les années 1850. Aujourd’hui, avec sa fille Prisca et 6 employés, elle travaille chaque jour à faire vivre ce domaine de 170 ha, avec son parc à l’anglaise, sa ferme, ses moutons Hampshire, ses pâtures, son potager et un golf sur 107 ha (géré par une société privée).

Le château de Preisch et son histoire

Ce que j’aime avec les vieilles bâtisses c’est leur façonnage au gré du temps et de leurs propriétaires respectifs, chacun ayant ajouté un peu de son âme.

Le premier château : Le château fort

Les douves du Château de Preisch

L’histoire du site commence en 1122 avec un premier château féodal, construit par Albert de Pris (origine du mot Preisch). Il fut érigé pour protéger la cité médiévale de Rodemack, la petite Carcassonne Lorraine. Détruit en 1680 au profit du château actuel, il ne reste que les bases des 4 tours de la première enceinte, les douves et le colombier. Cet ensemble est inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques par arrêté du 24 juillet 1986.

l'ancien colombier du château de Preisch
Le colombier

Le château du XVII ème siècle

Le château actuel, construit non loin de l’ancien, date du XVIIe siècle. Marguerite de Mérode-Houffalize et Conrad de Soetern en sont à l’origine. Leurs initiales, C S M, d’ailleurs, ornent toujours l’édifice.

Le château de Preisch vu du ciel

Le domaine passa dans les mains de nombreuses familles : François de Lasalle, Jacques Milleret et la dernière en date la famille de Gargan. Elles marquèrent sensiblement chacune à leur tour, les lieux.

La première de la famille de Gargan à acquérir le château est l’arrière grand-tante de l’héritière actuelle, Marie de Gargan. A la mort prématurée de son époux, Edouard de l’Espée, elle revendit le domaine à son frère Charles -Joseph avec la promesse de restaurer la chapelle castrale Ste Madeleine qui jouxte actuellement le château.

La chapelle Ste Madeleine

Il existait une première chapelle attachée à l’ancien château fort, construite en 1523 par la famille de Schawenburg . Il subsiste aujourd’hui la cloche baptisée Magdeleine (1564), en référence à la propriétaire des lieux de cette époque : Madeleine de Schawenburg .

Chapelle castrale Ste Madeleine du Châteu de Preisch
Chapelle castrale Ste Madeleine du Château de Preisch

150 ans après la construction du château, en 1773, François de Lasalle offrit de nouveau une chapelle au site : la chapelle Ste Madeleine . D’église romane simple et sobre à l’intérieur nu, elle se transforme en 1862 sous l’impulsion de Charles- Joseph de Gargan, en une chapelle inspirée de la Renaissance du XVI ème siècle. On peut y découvrir des vitraux, des décorations sculptées et un autel en marbre blanc de l’entrepreneur M. Jacquemin.

L'autel de la chapelle du château de Preisch
L’autel de la chapelle

La collection d’objets

Chaque génération de la famille de Gargan participa à créer, récupérer, faire revivre et agrandir la collection d’objets qui fait la réputation du château de Preisch.

C’est le baron Charles-Joseph de Gargan, qui le premier, entreprit de créer une collection d’objets chinés au gré de ses voyages. Malheureusement, le château a connu des moments difficiles, notamment pendant la seconde guerre mondiale. Pillé et occupé par les Allemands, il retrouve ses propriétaires à l’issu du conflit … mais sans les précieux objets.
Son fils Charles batailla, alors, pour reconstituer cette collection paternelle qu’il entreposa dans un premier temps au grenier. Ce dernier se transforma alors en une véritable caverne d’Ali Baba, se souvient Dominique Charpentier, alors enfant.

tapisserie Zuber

Par la suite, Madeleine de Gargan-Charpentier, (1ère femme conseiller général de France) petite fille de Charles-Joseph, descendit tous ces objets du grenier et fit tapisser les chambres des fameux papiers Zuber*.

(*Zuber est la plus ancienne manufacture de papier peint encore en activité. Elle fût fondée en 1790 et se situe en France à Rixheim depuis 1797. Autre fait notable, elle a conservé ses archives depuis l’origine)


Aujourd’hui, cette collection s’enrichit de celle des Charpentier, famille paternelle de Dominique Charpentier, fille de Madeleine.

Le parc du château de Preisch

Quant aux espaces verts, nous avons d’un côté le parc du château et de l’autre la ferme et ses pâturages. C’est sous François de Lasalle que la réunification des deux espaces a eu lieu, au XVIII ème siècle. Il fît d’ailleurs entourer, à cette occasion, la nouvelle propriété d’un mur d’enceinte de 7km de long.

Quant au propriétaire suivant, Jacques Milleret, il agrémenta les alentours du château avec un parc à l’anglaise en 1812. La volonté première était de mettre en valeur l’ancien château fort avec ses douves. Pour cela, il fit introduire les premiers rhododendrons dans la région tout en acclimatant de nombreux arbres exotiques.

Le tronc du cyprès chauve du château de Preisch
Le tronc du cyprès chauve

Nous pouvons encore découvrir ces arbres bicentenaires que Dominique Charpentier a su mettre en valeur à travers le parcours botanique. Nous pouvons admirer le marronnier jaune, le platane à feuilles d’érables ou encore le cyprès chauve avec ses plus de 41 m de haut, le plus grand mesuré en France.

Le parcours botanique du château de Preisch
Le parcours botanique

Jacques Milleret est également à l’origine de l’allée qui nous mène au portail du château. La rue des Lilas est bordée de 580 tilleuls qui pour la plupart dateraient encore de cette période. Après bien des menaces, cette allée bicentenaire sera sauvegardée. En effet, les Monuments Historiques imposent à la mairie le remplacement de chaque arbre mort.

La vie aujourd’hui au château de Preisch

Désormais, c’est à Dominique Charpentier et sa fille Prisca qu’incombent la sauvegarde de ce domaine. Le site, dorénavant, est résolument tourné vers l’ouverture au grand public avec comme alliée précieuse la nature et sa préservation.

Un château ouvert

De nombreuses manifestations jalonnent tout l’année la vie des lieux : La chasse aux œufs en avril, les petits déjeuners de Florence, chroniqueuse d’art et d’histoire et la célèbre fête de la Sainte Madeleine en juillet. Avant l’ouverture au public en 1986, la fête de la Sainte Madeleine était l’unique jour où le château ouvrait ses portes. Cette tradition se perpétue donc via l’association les Madeleines de Preisch qui a célébré ses 10 ans cette année.

La fête de Ste Madeleine au château de Preisch
La fête de Ste Madeleine

Dominique Charpentier tient également à transmettre son amour du patrimoine et de la nature aux plus jeunes. Elle accueille donc plus de 2000 enfants par an qui viennent découvrir les lieux, leurs histoires tout en respectant cette nature avoisinante.

Un château de Preisch proche de la nature

Comme le souligne Dominique Charpentier, les châteaux et leur domaine, par leur superficie et la richesse des espaces qu’ils proposent, sont des lieux privilégiés pour la biodiversité. Au château, se sont près de 50 hectares à entretenir. Il est alors plus que nécessaire de faire de la nature une alliée et non une adversaire pour garder cet équilibre naturel qui en fait sa beauté.

Les moutons Hampshire
Les moutons Hampshire au Château de Preisch

Pour les aider dans cette lourde tâche de préservation de leur environnement, la propriétaire et sa fille peuvent compter sur un cheptel de 60 brebis et 50 agneaux pour 4 béliers de différents âges de race Hampshire. Ils contribuent également à l’animation du parc avec notamment la démonstration de leur tonte annuelle lors de la fête de la Sainte Madeleine en juillet de chaque année.

Cet élevage s’inscrit véritablement dans le processus permaculturel vers lequel veut se diriger le site. En effet, leur fumier fera le bonheur du potager.

Le potager

Cet ancien potager de 1ha a de particulier qu’il est clos entièrement de mur et que l’on peut y admirer l’art topiaire. C’est Jeanne de Gargan, la fille de Charles-Joseph qui l’initia au XIX ème siècle. Les allées de buis ont demandé un long travail de restauration pour en faire un lieu poétique et singulier.

Le potager du Château de Preisch

Néanmoins, la fonction première du potager reprendra officiellement le service pour la saison 2019, sous le signe de la permaculture. Dominique Charpentier a vécu plusieurs années dans le lot où beaucoup font de la permaculture sans la nommer. En revenant elle tenait à continuer à faire vivre son parc et son potager dans ce même respect de la nature. Par le biais d’une association permaculturelle, elle fait la connaissance d’Alexis en reconversion professionnelle. Ils décident alors de lancer cette année le potager selon ces principes. Les résultats sont plus qu’encourageants et donc très prometteurs pour un avenir productif.

Le potager du Château de Preisch

Pour finir …

Je n’ai pas eu l’occasion de visiter le château (mais le Rendez-vous est pris), néanmoins j’ai pu échanger avec la propriétaire des lieux. Pour être tout à fait honnête, j’étais intimidée à l’idée de parler avec une châtelaine ! Finalement, assez rapidement, mes peurs se sont envolées et ce sont nos valeurs respectives qui nous ont rapproché et non l’histoire de nos origines.

Dominique Charpentier a compris que prendre soin de la nature est un atout considérable pour continuer à mener à bien la survie d’un domaine aussi important que celui de Preisch. De nombreuses idées encore fourmillent dans la tête de notre châtelaine. Ses convictions et son enthousiasme nous laissent présager encore de belles choses.

Échangeons …

Vous êtes propriétaire ou vous avez visité un tel lieu qui se consacre tout autant à la sauvegarde de notre patrimoine historique qu’à celui de notre biodiversité.

Vous aimeriez le partager ?

Écrivez moi pour échanger, nous rencontrer je serais ravie d’en consacrer un article en toute simplicité.

Pour en savoir plus …

0 commentaire

Vous pourriez être intéressé par

Commenter

* En utilisant ce formulaire vous acceptez l'enregistrement et le traitement de vos données par ce site internet.