Le Manoir de Vertot au pays de Caux

par Céline (admin)

Le manoir de Vertot est situé en Normandie au pays des pommes ! Entre Pommeau, jus de pommes, Calvados et cidre bien sûr, le domaine est un véritable héritage paysager de la région. En effet, sa forme caractéristique entourée de talus surmonté de tilleuls en font des oasis de micro-climats propices à une vie riche et diversifiée avec comme arbre phare : le pommier. Vue du ciel le territoire se découpe en quadrillages qui tendent à disparaître face à la pression immobilière et agricole. C’est pourquoi le paysage de Caux a demandé à être inscrit au patrimoine mondial de L’UNESCO.

Écouter l’article en podcast

Le manoir de Vertot, un clos-masure

Le Manoir de Vertot et son colombier constituent l’un des plus beaux exemples de l’architecture cauchoise du XVIème et XVIIème siècle. Il appartient depuis 2000 à la famille de Préville qui le restaure et le fait vivre à travers des locations à la semaine et, pour la première fois cette année, la commercialisation de leurs jus de pomme issus du verger de la propriété. Laissons Olivier de Préville nous expliquer ce qu’est un clos-masure :

Le manoir de Vertot

« Un clos-masure est typique du pays de Caux en Seine-Maritime. C’est une propriété entourée de hêtres qui font 40 m de haut avec un verger de pommes, un manoir, une mare et des bâtiments de ferme »

Les talus et les mares étaient façonnés à la force des bras pour implanter les hêtres et pour récupérer les eaux des ruissellements. Ces réserves d’eau étaient utiles aux différentes activités de la ferme : les animaux, le pressoir à cidre ou encore la vie domestique.

Ces quadrilatères ponctuaient alors le paysage de cette haute Normandie, laissant penser à tort à des fortifications destinées à protéger les fermiers des intrus. Il n’en était rien. Dans ces plaines balayées par le fort vent d’ouest marin, ces rangées d’arbres, simples, doubles voire triples, avaient pour objectif de créer une oasis productive, faisant vivre directement ou indirectement plusieurs familles.

Le clos-masure entouré de Hêtres, avec son verger, sa mare, son manoir et ses corps de ferme

Aujourd’hui, face à des politiques de remembrements et à une agriculture dite moderne, ces clos sont menacés. Les arbres sont abattus, les talus aplanis et les mares asséchées. Outre la perte inestimable d’un patrimoine culturel et historique, cela représente aussi une mise en danger environnementale en entrainant la disparition d’une certaine biodiversité et une exposition forte au risque d’érosion des sols par les vents dominants qui ne trouvent alors plus d’obstacles à leur course.

Le manoir de Vertot

Conscients de la valeur de ce lieu, et pas peu fiers de posséder un tel trésor, les Préville gèrent le domaine le plus naturellement possible, de l’entretien des allées gravillonnaires à la culture de leurs pommiers.

Actuellement, 120 pommiers sont en leur possession. Ce sont des pommes à cidre, trop acidulées pour être croquées à pleines dents (mais rien ne vous en empêche d’essayer …!) Toujours cultivés naturellement, sans néanmoins certifiés de l’appellation bio, ces arbres fruitiers offraient jusqu’alors environ 2 000 bouteilles/an, pour bientôt passer, avec une production de plus de 10 000 bouteilles/an, à une véritable commercialisation. Dans cet objectif, la famille est aidée par Romain, un ingénieur agronome. Les pommiers, qui, pour certains, approchent de la trentaine, sont de variétés anciennes, et donnent (dans de bonnes proportions !) du cidre, du jus de pomme, du Pommeau, du Calvados, etc. …

Le manoir de Vertot

Lorsque vient le temps de la récolte, tout est ramassé généralement en un weekend, tant les pommiers ont hâte de s’alléger de leurs fruits gorgés de l’air normand. C’est également l’occasion de rassembler famille et amis pour un moment festif.

Le domaine compte aussi de nombreux autres arbres fruitiers, comme des cerisiers, des poiriers, des pruniers…

Aucun produit phytosanitaire ?

« Il y a beaucoup d’allées de gravillons, et par le passé on utilisait, comme dans beaucoup d’endroits, des désherbants pour l’entretien de ces allées. Finalement il n’y a pas de produits miracles pour éradiquer les mauvaises herbes donc on a arrêté le glyphosate, avant que cela soit interdit d’ailleurs, pour arriver à un environnement totalement propre. On nettoie maintenant à la main et au chalumeau »

Le manoir de Vertot vu d'en haut

Cette nouvelle méthode est certes plus fatigante mais elle préserve ainsi la santé de leur jardinier et de leurs nouvelles compagnes, les abeilles. Depuis cette année, un apiculteur du coin a installé trois ruches qui se régalent en ce moment même de l’allée de tilleuls en fleurs !  

Le nouveau potager au Manoir de Vertot

La période particulière que nous venons de traverser a permis de renouer avec les anciennes pratiques du clos-masure qui offraient une certaine subsistance aux besoins alimentaires.

Le manoir de Vertot

“Nous avons eu la chance de pouvoir passer le confinement dans cet environnement. Et nous en avons profité pour faire un potager de 35m2 en partant de zéro, l’ancien potager historique ayant disparu. Nous avons également construit une serre en verre et armatures métalliques pour avoir des essences exotiques. C’est un potager destiné à la famille. Nous avons mis des poules, 8 au total, dont 5 sont nées pendant le confinement. Nous avons vécu une certaine autarcie faite de jus de pomme, d’œufs et de produits du potager.”

On y trouve des herbes aromatiques, des tomates, des concombres, des courgettes… Là encore, la famille est résolument attachée à ne se servir que de cette simple recette : de la bonne humeur nourrie par une envie de découvrir et d’appliquer les principes de base de la permaculture. Mais nul doute que ces débuts prometteurs leur permettront d’aller encore un peu plus loin !

Quant aux poules, de là à tendre vers de l’agroforesterie en les faisant pâturer dans les allées de hêtres, il n’y a qu’un pas !

Notre coup de cœur

Le domaine du Manoir de Vertot nous offre à découvrir un héritage patrimonial unique. Les anciens, par l’écoute de leur environnement et de leurs besoins, ont su faire en sorte que le modèle du clos-masure, cet havre de paix productif, traverse les siècles. Sa fragilité le rend aujourd’hui encore plus précieux.

Retrouvez d’autres modèles écologiques et éco-châteaux

le-chateau-de-la-riviere



magny en Morvan

0 commentaire

Vous pourriez être intéressé par

Commenter

* En utilisant ce formulaire vous acceptez l'enregistrement et le traitement de vos données par ce site internet.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre navigation. Si vous êtes en désaccord vous pouvez les désactiver. Accepter A propos

Politique de confidentialité